Carnet de voyage à Belgrade et en Serbie - Bob Ramsey

Carnet de voyage à Belgrade et en Serbie

Vue à partir du Kalemegdan

Destination en vogue ces dernières années  les pays des Balkans attirent foule et masse de touristes, venus de tout les horizons, nous nous sommes rendus en Serbie pour y découvrir un pays en profonde mutation visuelle mais également sociale. 

On m'avait souvent décrié la Serbie comme un pays violent, que les immeubles de la ville de Belgrade étaient gris et sales qu'il fallait éviter ce pays pour ces problèmes d'hooliganisme. 

J'avais un peu la boule au ventre mais pas trop j'étais plutôt curieux de me forger ma propre opinion de ce pays. 

Pour dire vrai je me suis rendu la première fois en Serbie en 2012 et j'ai pu constater la nette évolution en presque 10 ans des offres hôtelières et touristiques, les prix ont presque doublés et triplés et on voit malheureusement une ville avec ses propres traditions et lieux culturels se travestir pour attirer les touristes.   

Arrivés à l'aéroport Nicolas Tesla le célèbre inventeur de l'électricité, cet humaniste et scientifique a défié les lois de la physique pour créer l'électricité dans un seul but la rendre gratuite à toute la population planétaire afin de lutter contre les inégalités et la pauvreté, cependant ses plans ont été déjoués par certains lobbyistes qui y ont vu l'opportunité de se remplir les poches  désormais nous connaissons l'électricité avec ses factures! 

Retournons à nos moutons, nous embarquons dans un taxi en direction de la capitale située à une dizaine de kilomètres de l'aéroport. Il est tard presque minuit, nous entrons dans la ville, ce que je peux remarquer c'est que je m'y sens bien je découvre les immeubles gris tellement de fois décriés que je les trouves charmants, on peut encore apercevoir de temps en temps des vestiges de la guerre, des impacts de balles voir même des bâtiments détruits lors des bombardements durant la guerre qui opposa le gouvernement serbe et l'OTAN.

Le taxi nous dépose en ville et à mon grand étonnement les terrasses sont pleines on entend de la musique des rires des voix, la ville vie la nuit , nous avons hâte de poser nos affaires dans l'hôtel et de sortir découvrir cette vie nocturne. 

 

Arrivée dans le centre ville de Belgrade

Nous sortons en terrasse boire des cocktails écouter de la musique ou regarder des matchs de foot, les serbes voient que nous sommes des touristes, et aucune animosité ni défiance dans le regard, nous sommes bien accueillis et nous découvrons une société conservatrice mais accueillante. 

Après une bonne nuit de sommeil nous découvrirons les joyaux de la capitale. 

Trésors de Belgrade

Belgrade saura vous contenter avec tous ses festivals de musique , l'ambiance le long du Danube et du Save est bucolique avec ses splavs, ses kafanas où l'on peut manger quelques grillades et écouter de la bonne musique en contemplant le couché du soleil, c'est une ville un brin romantique qu'il faut respecter. L'immense parc du Kalemegdan vous permettra de vous promener dans un immense parc boisé et vous offrira à son terme à proximité de la statue du vainqueur 'Pobednik' de pouvoir jouir d'une magnifique vue. Mais trop de déchets et d'incivilité vont conduire les autorités à rendre ce parc historique payant, quel dommage de ne pas respecter ce que nous offre la nature. 

Belgrade est un peu trop cosmopolite et j'ai envie de découvrir la Serbie profonde, écologiste naturaliste patriotique, celle qui fonde l'ancrage profond des serbes à leur patrie . 


Serbie profonde

Je découvre alors une Serbie alors à l'opposée de ce que les médias et tant d'étrangers ont voulu montrer c'est à dire raciste, xénophobe, je découvre un pays accueillant souriant, avec des valeurs et surtout une Serbie travailleuse acharnée de travail sans parfois les contreparties financières qu'elle mérite. 

C'est l'image des Balkans on peut dire des Balkans que c'est la terre du miel et du sang, à la fois si accueillante elle peut lorsqu'on la y contraint à devenir froide et repoussante voir effrayante.

Les autorités se sont attachés à la rendre moins violente la société et notamment la jeunesse lutte contre le hooliganisme présent encore de manière sporadique de temps à autre, la Serbie est encore en retard surtout dans les réseaux de communication et de transport comme les voies secondaires non goudronnées encore les voies ferrées en parfaite déperdition. 

Le tourisme de masse n'a pas arrangé les choses, le revenu moyen en Serbie est très faible et c'est souvent la cohésion et le soutien familial qui permet aux serbes de survivre, les prix à la consommation est au même niveau que les pays occidentaux. Des fois je me pose la question mais comment font ils pour être si heureux avec un revenu si faible et des prix à la consommation si forte, je pense que ça c'est le secret de la vie balkanique : travailler être heureux et aller de l'avant.